Petit précis d’anatomie vaginale

Votre sexe et celui des autres est une zone au sujet de laquelle vous avez probablement reçu assez peu d’information. Les basiques fonctionnels de tout ce qui a rapport avec la miction et l’hygiène dans un premier temps, puis plus tard des notions assez rudimentaires de science reproductives. Il n’est pas rares que des femmes atteignent et passent la puberté sans jamais avoir vu leur sexe dans un miroir et, le plaisir féminin étant encore un sujet de seconde zone au yeux de nombreuses autorités (notamment médicales, sociales, religieuses), la zone est entourée d’un mystère assez épais, qui franchement fais du tors à tout le monde.

Inconnu, le vagin peut centraliser pas mal d’interrogations et d’angoisses, et l’apprivoiser vous permettra de dissiper l’essentiel de cette mythologie pour vivre une sexualité plus joyeuse et sereine.

Wonderland

N’oubliez pas avant tout que vous faites du sexe avec une personne entière, laquelle vient avec un corps tout entier, un cerveau, des émotions, des circonstances, une vie. Traitons nos camarades de jeu comme des humains et pas juste des orifices et des membres destinés à nous gratter là où ça nous démange. La bienveillance devrait être très en haut sur la liste des choses qui animent votre esprit, sous la couette.

Écoutez son souffle, demandez-lui ce qu’il ressent, ce qu’il aime, et ne négligez jamais la puissance du contact visuel.

Jamais.

Votre partenaire dispose également de toutes sortes d’extrémités et de morceaux que vous pouvez embrasser, masser, caresser et chatouiller. Faites votre propre cartographie, explorez ensembles, amusez-vous et soyez généreux. Touchez sa peau et expérimentez-en les diverses textures, de derrière l’oreille au creux du dos.

Et lorsque vous serez tous à l’aise pour pousser l’exploration un peu plus loin, et en admettant que l’un;e au moins d’entre vous soit doté.e d’un vagin, voici un petit précis de ce que vous pourriez trouver.

Apparence extérieure

Le sexe féminin se compose pour sa partie visible de deux paires de lèvre, qui se rejoignent dans leur partie supérieure et forment un capuchon (aussi appelé prépuce) lequel protège le clitoris. Plus bas on trouve le vestibule qui abrite l’urètre et encore un peu plus bas l’entrée du vagin. Dans certains cas l’urètre se trouve très proche de l’entrée du vagin, ou bien le relief peut vous donner l’impression qu’elle est à l’intérieur, cependant on n’urine pas par le vagin mais bien par l’urètre (imaginez la galère sinon pour aller aux toilettes avec un tampon).

La physionomie des vulves et ses nombreuses variations est assez méconnues, et l’image prépondérante d’une vulve lisse, rosée et juvénile a tendance à brouiller les cartes.

Par exemple on appelle souvent à tors les lèvres grandes et petites alors que leurs dimensions peuvent énormément varier d’une femme à l’autre. Aussi les nymphes (les lèvres intérieures, soit-disant “petites lèvres”) peuvent plus ou moins dépasser des lèvres extérieures (appelées « grandes lèvres »), et c’est tout à fait normal. En fait, il n’y a pas de norme. Une étude anglaise portée par Jillian Lloyd, Naomi S. Crouch, Catherine L. Minto, Lih‐Mei Liao et Sarah M. Creighton et publiée pour la première fois en 2004, qui avait pour objectif de comparer les vulves de 50 femmes conclu « Women vary widely in genital dimensions« , c’est à dire « Les dimensions génitales varient fortement d’une femme à l’autre« . (1)

Mieux, on constate que cette diversité est assez méconnue y compris des femmes, puisque exposées à une série d’images de sexes naturels, on voit l’opinion que les femmes ont de leur propre sexe (exprimées en points) s’améliorer légèrement, et cette amélioration perdurer sur la durée. (2)

A la jonction entre le vestibule et la cavité du vagins se trouve l’hymen, une membrane muqueuse qui les sépare incomplètement et est l’objet de toute une mythologie (3). Il peut être plus ou moins épais, plus ou moins ouvert, et il n’est pas présent à la naissance sur toutes les femmes. Une croyance populaire veut que l’hymen recouvre entièrement l’entrée du vagin et en interdise l’accès jusqu’au premier rapport où il est déchiré. En fait l’hymen est naturellement incomplet, ne serais-ce que pour permettre l’écoulement naturel des différents fluides vaginaux et du flux menstruel.

Il est possible que lors des premiers rapports l’hymen subisse une déchirure et qu’un saignement s’ensuive, c’est l’image des premières fois qui prédomine… à tors. Il est également tout à fait possible que l’hymen ai été assouplis par l’usage de tampons, de longs préliminaires ou encore la pratique de la masturbation.
Auquel cas, il est possible que l’hymen s’écarte lors de la pénétration qui aura lieu sans douleur ni effusion de sang. Sans surprise, on vous encourage à poursuivre plutôt cette configuration.
En pratique, un examen de l’hymen n’est pas un élément concluant pour déterminer si une personne est sexuellement active ou non, et la croyance qui dit que la sexualité d’une femme commence nécessairement dans le sang et la douleur tiens plus du moyen de contrôle de leur sexualité qu’une réalité.
Outre ça, cette idée réduit la sexualité à la pénétration vaginale. Cette vision parcellaire de la sexualité, pour ne pas dire phallocentrique est un problème en soi.

Le clitoris, qui émerge tel un bourgeon en haut de la vulve, est lui aussi assez mal connu puisque sa surface va en fait bien au delà de la partie émergée. Voyez plutôt.

l’organe dépasse largement son seul gland, qui est visible et s’étend près de la face extérieure du vagin et juste derrière les lèvres. Cette profondeur est très largement méconnue du public. D’ailleurs jusqu’en 2017 en France aucune des 8 éditions de manuels scolaires de SVT ne présentaient correctement le clitoris… s’il était seulement représenté (4).
Étant donné la large surface interne et externe du clitoris, l’opposition entre un orgasme clitoridien ou vaginal ne fait pas vraiment sens, cependant on distinguera quand même l’orgasme du point G et l’orgasme cervical, qui nécessitent une pénétration.

Les éléments internes

Le vagin est un tube fibromusculaire courbe tapissé d’une muqueuse sensible et entouré de nombreux muscles. Il relie l’utérus à l’extérieur, et se situe entre le rectum et l’urètre. Il fait de 7 à 12 cm de profondeur et peut s’allonger d’environ 50% avec l’excitation d’un rapport. (5)

Les parois du vagin sont formées, principalement, par une épaisse couche de fibres musculaires lisses, revêtue d’une muqueuse à l’intérieur et d’une couche fibreuse à l’extérieur. (6)

La surface de cette muqueuse est naturellement humidifiée afin d’éviter que les parois ne collent entre elles. Cette surface se lubrifie naturellement avec l’excitation, mais l’ajout d’un lubrifiant additionnel peut être nécessaire. Son élasticité est assez exceptionnelle si l’on considère que lors de l’accouchement il peut s’étendre assez pour permettre le passage d’un nouveau né, et pourtant il peut aussi serrer fermement un objet tel que tampon, coupe menstruelle… ou encore un doigt, un jouet, ou un membre. Étymologiquement, vagina signifie d’ailleurs « gaine », ou « fourreau ». (7)

Le périnée et l’anneau vulvaire sont l’ensemble de muscles qui composent la paroi inférieure du pelvis et les contours de l’appareil digestif, génital et urinaires.(8) Il a pour rôles principaux la continence urinaire et fécale. C’est donc le contrôle de ces muscles qui vous permettent de maîtriser ces importantes fonctions. Les contracter pendant un rapport peut aussi apporter d’intéressantes sensations ou vous permettre d’agripper plus fermement votre partenaire lors d’une pénétration.

périnée

Le col de l’utérus se trouve dans la partie supérieure du vagin et le relie au corps de l’utérus. L’exocol, sa partie externe, ressemble à une lèvre qui forme une région bombée dans le vagin. Le col de l’utérus a pour fonction de protéger l’entrée de ce dernier des bactéries, grâce à la production d’un mucus épais qui en interdit l’entrée, et dont la production ralentis en phase d’ovulation pour permettre l’éventuel passage de spermatozoïdes. (9)

d470661e67336b53c4c5f0965d2c2d51
shéma : http://www.cancer.ca/

Situé à l’intérieur du vagin et sujet de nombreuses spéculations et fantasmes, le point G serait une zone particulièrement sensible identifiée par le Dr Gräfenberg. Située sur la face antérieure du vagin, à quelques centimètres du vestibule. A cette endroit la texture de la paroi vaginale serait caractéristique. L’existence d’un élément anatomique spécifique au point G este un sujet flou et la piste d’une simulation par voie interne du clitoris, particulièrement facile à atteindre via cet endroit, reste pour le moment celle qui fait consensus.

point-g

Ce qu’on retiens

La vulve vient dans une multitude de formes, qui sont toutes normales. La vulve a aussi naturellement une odeur, et il serait irréaliste d’attendre d’un sexe qu’il ai une odeur florale ou fruitée. utiliser des soins et parfums à cet usage a même tendance à dérégler la flore naturellement présente dans le vagin et qui assura sa défense, et peut créer des problèmes sérieux.

Les différents éléments qui composent la vulve et le vagin sont généreusement innervés et sensibles aux caresses. Se limiter au gland du clitoris uniquement semble un mauvais calcul, d’autant plus que chez certaines femmes celui-ci est si sensible qu’il ne supporte pas le contact direct.

Au moment d’approcher un vagin inconnu, l’idéal semble d’y aller doucement et légèrement, et de monter graduellement l’intensité en prêtant attention aux réactions de votre partenaire. Si vous vous caressez vous même, prenez le temps d’être attentive à vos propres sensations et essayez toutes sortes de choses, n’ayez pas peur des accessoires si ils peuvent vous aider !

Ressources

  1. Female genital appearance: ‘normality’ unfolds https://obgyn.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1471-0528.2004.00517.x
  2. Le Figaro – La diversité méconnue du sexe féminin http://sante.lefigaro.fr/article/la-diversite-meconnue-du-sexe-feminin
  3. http://www.informationhospitaliere.com/anatomie-1301-vagin.html
  4. Sciences et avenir – Le clitoris est enfin correctement représenté dans un manuel scolaire par Marine Van Der Kluft https://www.sciencesetavenir.fr/sante/sexualite/le-clitoris-est-enfin-correctement-represente-dans-un-manuel-scolaire_113021
  5. Sexodoc – La lubrification génitale féminine http://www.sexodoc.fr/lubrification.html
  6. http://www.cosmovisions.com/vagin.htm
  7. Centre national des ressources textuelles et lexicales – Vagin http://www.cnrtl.fr/etymologie/vagin
  8. Université Médicale Virtuelle Francophone – Anatomie du périnée féminin http://campus.cerimes.fr/maieutique/UE-obstetrique/perinee/site/html/cours.pdf
  9. Société Canadienne du cancer – Anatomie et physiologie du col de l’utérus http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/cervical/cervical-cancer/the-cervix/?region=on

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :